press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/7

 

 

LA FERME DES ANIMAUX

d'après George Orwell

La Devise affiche 2021-1_page-0001 (1).jpg
DOSSIER PÉDAGOGIQUE
TEASER

Théâtre et théâtre d’objet

Librement inspiré de l'oeuvre de George Orwell

Tout public, à partir de 9 ans

Durée : 1h


Adaptation, écriture et création collective


Direction artistique : Nicolas Luboz

Mise en scène : Manuel Diaz 

Interprétation : Sara Charrier et Nicolas Luboz

Scénographie : Federica Buffoli

Création lumières : Flora Cariven

Musique : Manuel Diaz

Fabrication masques : Charlène Dubreton

Diffusion spectacles : Véronique Fourt

Administration : Onie le Génie


Graphisme affiche et plaquette : Fabien Catalano (studio-studio.org)

Graphisme dossier : Sophie Doléans

Crédit photos: Léo Arcangeli


Avec le soutien financier de : la Direction Régionale des Affaires Culturelles Occitanie, la Région Occitanie, le Département de la Haute-Garonne et la Mairie de Toulouse.

Ce spectacle reçoit le soutien d'Occitanie en scène dans le cadre de son accompagnement au Collectif En Jeux. Ce spectacle est co-produit par les membres du Collectif En jeux .


Co-productions : Collectif En jeux - Théâtre du Grand-Rond (Le Tracteur) - Festival Marionnettissimo - MIMA (Mirepoix) - Bouillon Cube (Causse de la Selle)- ARTO,  Saison au Kiwi et en itinérance (Festival de rue de Ramonville)


Partenaires : salle La Négrette-Communauté de communes Grand Sud Tarn & Garonne (Labastide St Pierre), Théâtre de l'Usine (Saint Céré), Centre Henri Desbals (Toulouse), Théâtre Antonin Artaud (Gaillac), Abbaye de Sorèze,  Théâtre Olympe de Gouges  (Montauban), centre culturel Le Kiwi (Ramonville St-Agne), Théâtre de  la Maison du Peuple de Millau, Théatre Molière Sète Scène Nationale Archipel de Thau


Notre première création (Mon prof est un troll, 2017), abordait déjà la question de la tyrannie et racontait métaphoriquement la mise en place d'un régime totalitaire. Pour notre nouvelle création, La Ferme des Animaux de George Orwell nous est apparu comme le texte idéal. Cette fable dystopique, de par son caractère universel, vient toucher précisément à l’endroit que nous souhaitions questionner : l’être humain face au pouvoir.

En transposant les questions politiques dans le monde animal, Orwell garantit l’universalité et l’intemporalité de son sujet. Comme dans les fables de La Fontaine, il utilise les animaux pour nous parler de nous. Quand il écrit ce roman en 1945, Orwell en fait clairement une satire de la révolution russe et de l’arrivée de Staline au pouvoir. Mais par sa puissance métaphorique, il raconte plus largement l’histoire de toutes les révolutions passées et à venir.

Cette fable nous projette au cœur même d'une révolution et de son lendemain. Elle ouvre ainsi tous les questionnements que pose le pouvoir : comment s'organise la vie en société quand il n'y a plus de chefs ? Qui prend les décisions ? Peut-on décider à plusieurs ? Pourquoi ce nouvel équilibre est si fragile ?

Mais aussi elle permet de nous demander ce qui se joue à l’intérieur d’une personne ou d’un groupe de personnes exposés au pouvoir : comment se peut-il que des gens ayant mené une révolution contre leurs maîtres puissent devenir comme eux ? Pourquoi finissent-ils tôt ou tard par s'octroyer des privilèges ? Comment les processus de domination se mettent en place ?

Raconter le monde à l'endroit où il nous percute de plein fouet. À l'heure où les esprits s'échauffent et où il devient si difficile de cultiver une pensée cohérente, il nous semble pertinent de partager ces questions avec le jeune public afin de disséquer avec eux·elles les mécanismes du pouvoir et les rapports de force qui constituent la vie en société.

Nous ne connaissons pas pour cela de meilleur outil que le spectacle vivant qui nous offre l'espace d'un temps commun, matière à penser, à re-penser, à échanger et à se réinventer ensemble.


« Pour raconter notre histoire nous avons choisi un univers de cuisine de campagne. Une table, un buffet, des bottes de paille, des cagettes. Sur les étagères des objets du quotidien dorment encore. Un narrateur et une narratrice entrent pour raconter l'histoire. Les objets s'animent, sortent du buffet, des assemblées s'improvisent sur la table qui se transforme également en champ de bataille. Les bottes de paille se retournent, se coiffent de cagettes et donnent naissance à des tribunes pour des débats politiques enflammés. On s'active, on s'organise, on réfléchit ensemble. La Ferme des Animaux ouvre ses portes ! »

La Ferme des Animaux

D'APRÈS GEORGE ORWELL

CRÉATION 2021

SPECTACLE SUIVANT